‘Arrête ton char’ veut faire annuler la justice le décret se portant sur la réforme du collège en se basant sur une faute juridique.

‘Arrête ton char’ est une association qui a vu le jour l’année dernière sous l’initiative de plusieurs professeurs. Elle avoue ne pas être contre les changements dans l’école, mais souhaite que ce changement se tourne plus vers la réflexion et une séance de rattrapage suite à l’amateurisme constaté dernièrement. Le 12 juin, l’association a déposé discrètement une requête d’annulation devant le Conseil d’État se portant sur le décret de réforme du 20 mai.

Une bourde juridique

Selon la loi de janvier 1984, il est nécessaire de consulter le CTM quand une réforme vise à changer la façon de travailler des services, établissements et administrations et risque d’avoir un impact au niveau du personnel. Toutefois, ce comité n’a pas été consulté, ce qui semble être une erreur juridique puisque les modifications concernent tout à fait la manière de travailler des enseignants comme l’instauration d’EPI.

Il n’y a pas d’urgence                                                                                            

Un tel vice de forme traduit un problème de fond et montre la précipitation des responsables, explique le Me Henri de Beauregard. Même si le CSE a été sollicité, celui-ci ne remplace aucunement le CTM (indispensable sur ce genre d’action) puisque leur fondement est différent.

Jeudi, le Conseil d’État a décliné la demande introduite ainsi que son recours, sous prétexte d’une urgence non prouvée. Toutefois, le conseil estime que l’excès de pouvoir peut être recevable et va être examiné prochainement.

Professeur à vendre

Après ce revirement inespéré, les controverses ne vont pas se tasser d’ici peu. Les antagonistes à cette réforme sont actuellement confiants vu qu’ils sont soutenus par Henri de Beauregard, le même avocat qui a obtenu l’annulation de la suppression des bourses au mérite. Ceci dit, dans l’attente de l’examen de la requête, Robert Delord ne cesse de se mettre en vente sur internet comme étant un « professeur de grec et de latin à recycler ».