Si la transition numérique favorise l’évolution dans les entreprises et leur management, qu’en est-il de l’avenir de l’entreprise elle-même ? Actuellement, les professionnels de l’immobilier tentent de créer les entreprises des prochaines générations. Cela se base sur 3 principes fondamentaux.

 

La réalité

Avec la crise qui persiste, le développement durable reste un élément essentiel sur le choix d’un immeuble. Mais les contraintes sont différentes que ceux d’autrefois. Désormais, les entreprises favorisent les questions relatives à la réalité de leur organisation et de leur activité : adaptation du modèle managérial et social avec le contexte sociétal et économique.

 

La conscience

À partir de cette évolution, les acteurs dans le secteur doivent présenter une tout autre approche en matière de développement durable. Le but est de correspondre parfaitement avec les sociétés et leur fournir la vision qu’il leur faut en termes d’immobilier puisque c’est celui-ci qui définit l’avenir d’une entreprise.

 

Imagination et anticipation

Pour l’entreprise de demain, plusieurs questions doivent être posées : Comment sera la société de demain ? Quel type de contrat social va la lier avec ses salariés ? Et ainsi de suite. Face à ces questions, il faut imaginer et anticiper afin de s’échapper des modèles imposés.

 

Quelle est l’importance du bureau ?

L’immeuble de l’entreprise du futur sera conçu suivant la mutation avec les parties prenantes, mais pas selon les paramètres actuels. Les professionnels de l’immobilier veulent prévoir les autres perspectives en prenant en compte le nomadisme, la flexibilité contractuelle et la souplesse managériale. Ils imaginent que les nouveaux immeubles seront plus petits, atomisés et modérés.

Les sociétés de demain diminueront leurs subventions en matière d’immobilier. Les professionnels de l’immobilier devront intégrer ces paramètres afin que cette transition profite à l’entreprise et à ses employés.

 

Toujours améliorer

Désormais, on est face à l’immobilier à moyen terme et à long terme, soit de 1 à 15 ans. Les professionnels dans le secteur doivent toujours améliorer, car le principal risque est d’avoir des bureaux vides qui ne sont pas adaptés et qui ne correspondent pas aux attentes de la société de demain et de ses salariés.