Si le gouvernement baisse leurs tarifs, les cliniques privées stopperont leurs recrutements. Le message de la fédération de l’hospitalisation est clair. En effet, si pour l’heure rien n’a été décidé, le gouvernement compte apporter une réforme au niveau des coûts dans ces établissements de santé. De plus, il estime qu’un tel changement ne coûterait rien à ces derniers, étant déjà compensés par le Pacte de responsabilité.

Revoir les tarifs des cliniques privée pour faire des économies selon l’Etat

Les dépenses de santé réalisées en faveur des cliniques privées doivent être contrôlées afin de faire des économies. Pour ce faire, l’Etat envisage de revoir à la baisse les prix dans ces établissements de santé. Un levier mal vu par la fédération de l’hospitalisation et qui suscite même des menaces de sa part : en cas de baisse de leurs tarifs, les cliniques privées se chargeront de stopper leurs recrutements. Si cette réforme envisagée s’avère cruciale pour l’Etat, c’est par ailleurs parce que ces derniers sont pointés du doigt pour recevoir une certaine somme pour les actes médicaux et maladies prises en charges, de surcroît particulièrement rentables. La baisse, déjà entamée en 2013, poursuivie en 2014, est alors mal accueillie cette année par les concernés.

Leurs prix baissent, mais les cliniques privées sont compensées

Si les craintes se forment du côté des cliniques privées, selon le gouvernement, une révision de leurs tarifs n’aura aucune conséquence : ces établissements jouissent de la compensation du Pacte de responsabilité. Et l’Etat tient à cette modification également en raison de l’inégalité de traitement flagrant entre les hôpitaux publics et les hôpitaux privés. En effet, ces derniers connaissent des allègements de charges à ce niveau, tandis que le public ne profite pas de ses avantages au moment où il prend en charge des patients démunis. Le privé craint alors de se voir retirer 140 millions d’euros d’allègement. Et si la baisse de ses prix est une fois de plus appliquée, ce sont environ 2 700 emplois qui seront menacés dans le secteur.