Selon une étude publiée le 9 novembre dernier, les entreprises se soucieraient de l’équilibre entre le travail et la vie privée de leurs salariés.

Les entreprises ne négligent pas le bien-être de leurs employés. C’est ce que le sondage publié le 9 décembre affirme. Cette enquête a été effectuée auprès de 500 entreprises qui ont signé la ‘Charte de la Parentalité’. D’après cette étude, les employeurs favorisent de plus en plus l’équilibre entre famille, travail, repos et loisirs.

59% des entreprises prennent très au sérieux ce sujet. Du côté des TPE et PME, ce chiffre grimpe même à 62%. Et les sociétés mettent en pratique leur intention. 95% d’entre elles mettent en œuvre des actions concrètes permettant de favoriser un équilibre du temps de vie de leurs salariés.

 

Les initiatives augmentent

Les entreprises peuvent proposer différentes solutions à leurs salariés : respect des règles de vie (pas de réunion très tôt le matin ou très tard le soir), souplesse des horaires de travail, ajustement des congés parentaux… Mais toutes ces dispositions n’ont aucun effet sur le travail.

D’après l’OPE, les entreprises commencent à comprendre l’importance de l’évolution de la culture managériale. Ainsi, beaucoup d’initiatives sont entreprises et se concrétisent.

 

Impliquer davantage des managers et les hommes

8 sociétés sur 10 affirment solliciter leurs managers pour trouver cet équilibre. 40% des grandes entreprises constatent toutefois un manque d’implication de leurs managers. Aussi, 8 entreprises sur 10 avouent faire des efforts du côté des hommes. Par exemple, elles adaptent certains horaires de travail aux heures d’école, elles autorisent les ajustements des horaires s’il y a garde alternée…

 

Toujours une insatisfaction chez les salariés

D’après un sondage réalisé au mois de juin, 61% des salariés sont encore insatisfaits des dispositions prises par les entreprises. Selon eux, plus de 80% des sociétés ne s’engagent pas à favoriser un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. 24% des salariés sondés apprécieraient être évalués au niveau de leur temps de présence que sur leurs résultats.

Les salariés insatisfaits souhaitent que les entreprises adoptent une meilleure souplesse des horaires et méthodes de travail, proposent une mutuelle qui profiterait à leur famille et permettent d’aménager les heures de travail selon les contraintes parentales.